Regroupement des unités psychiatriques sur le site Saint-Etienne - Saint-Malo (35) 2021

Le projet s’installe dans une morphologie horizontale à simple R de C, sur un « damier de verdure » initié par les différents patios, jardins ouverts et fermés qui structurent le plan et qui se prolongent ensuite dans le paysage alentour. Il s’y étire selon l’axe fort de composition nord/sud, dans une maille bâtie alternant pleins et vides dans des proportions, épaisseurs, mise à distance, hauteurs, qui traduisent visuellement, en en reprenant les codes, l’image vernaculaire d’un hameau traditionnel. C’est dans cette maille que s’organise le projet, dans une disposition fonctionnelle claire qui conjugue à la fois intériorité et extériorité, avec des espaces paysagers fermés, semi-ouvert ou ouverts qui profitent aux différents pôles tout en les structurant. Le site se dote ainsi d’une solution formelle généreuse et globale qui alterne des séquences construites et non construites capable d’intégrer les évolutions constantes de ce type d’établissement. Architecturalement, le projet se fragmente sur sa périphérie sous la forme de petites « maisonnées » couvertes de toitures reliées entre elles par des failles ou galeries vitrées. Celles-ci organisent des ruptures, créent des rythmes, des séquences qui dynamisent les élévations en favorisant une lecture d’ensemble harmonieuse, douce et reposante en accord avec le site. Les façades jouent de l’horizontalité en reprenant les proportions, gabarits et jeux de toitures, d’un habitat traditionnel ou le duo breton de teintes blanc / gris ou noir domine. Ainsi les toitures s’habillent d’un gris quartz qui contraste avec le blanc des façades, les pignons caractéristiques et la teinte plus cassée, des menuiseries qui les animent. Celles-ci alternent avec des panneaux de béton texturé « pierre » de teinte ocre sertis par des lames de métal et cadrées par un profilé métallique en « U ». Les allèges bois traitées façon tasseaux font une référence discrète à ce matériau très présent dans les anciennes constructions. Leur texture verticale fait écho aux clôtures des jardins, qui rappelle les piquets « brise vagues » qui bordent la côte. De la même façon le dessin « ondulant » des moucharabiehs perforés, qui protègent les ouvrants, sont un clin d’œil à la mer proche mais aussi au paysage plus en rondeur de l’intérieur des terres qui contraste avec les découpes de la côte, et la structuration géométrique de l'architecture de l'époque classique. La référence à l’univers marin se poursuit encore quand il s’agit de signaler la nouvelle entrée. Ici, la toiture inversée en carène de bateau découvrant partiellement sa structure nervurée, supportée par des poteaux en forme de mâts, constitue un auvent débordant, protecteur et pare soleil, de l’entrée. Elle marque la nouvelle image de l’hôpital en valorisant sa séquence d’accueil, avec une écriture plus forte mais non ostentatoire qui reprend dans sa composition et ses modénatures les éléments de base habillant déjà les maisonnées.

Localisation: 
Saint-Malo (35)
Département: 
35 Ille-et-Vilaine
Maître d'ouvrage: 
Centre hospitalier de Saint-Malo
Rôle dans la maîtrise d'œuvre: 
mandataire
Mission: 
Mission de conception et réalisation
Montant des travaux: 
9.9 M€ HT
SHON PC: 
6300 m²
Date du concours: 
2017
Année de réception: 
2021
Performance énergetique: 
RT 2012
Type de travaux: 
Construction
Référence: 
17.11C